L’accompagnement en fin de vie : parlons-en !

accompagner une personne en fin de vie

Par sa nature irréversible et définitive, la mort et la séparation ne sont jamais des sujets qui sont agréables à penser ou à discuter. Le décès d’une personne peut advenir subitement et sans signes préalables. Dans d’autres cas, l’approche du décès peut être prévisible et il est alors nécessaire de bien se préparer psychologiquement tant pour la personne concernée que pour ses proches et sa famille.

Qui sont ces personnes en fin de vie ?

Une personne en fin de vie est une personne atteinte d’une maladie qui ne peut plus être guérie et qui est proche du décès. Souvent, les malades qui sont atteints de cancer en phase terminale sont considérés comme des personnes en situation de fin de vie. L’accompagnement fin de vie personne agée ou d’une personne malade est une étape qui évoque parfois beaucoup de tristesse, tant pour la personne en fin de vie que pour sa famille ou ses proches. La présence de la famille et des proches est très importante, voire essentielle, afin de ne pas avoir de regrets. Il est nécessaire de savoir les processus qui atténuent la tristesse ou la douleur. Les personnes âgées sont également concernées par cet accompagnement, à cause de leur vieillissement et de nombreuses maladies qui ne peuvent plus être soignées, surtout les maladies dégénératives (maladie d alzheimer, de Parkinson). Elles peuvent présenter des symptômes de perte de sens, la perte d’appétit, ou encore une grande fatigue qui les obligent à rester au lit. Mais qu’en est-il pour le cas d’une personne âgée mourante ?

Pourquoi accompagner une personne en fin de vie ?

Quand une personne est proche du décès, qu’elle soit âgée ou non, la présence de la famille et des proches sont toujours indispensables. Que ce soit pour la famille ou pour la personne qui va mourir, passer du temps ensemble une dernière fois est une marque ultime d’amour, un moment à passer pour qu’il n’y ait pas de regrets et de ressentiment. C’est l’ultime occasion pour se pardonner et se rappeler de la vie passée au côté de la personne en fin de vie. La personne en fin de vie éprouvera alors une reconnaissance éternelle envers ceux qui sont présents à ses côtés, au moment de rendre le dernier soupir. Du côté des futurs endeuillés, le deuil qui va accompagner le décès sera toujours présent, mais elle sera moins pénible. Il existe des professionnels qui font le métier de prendre soin et encourager les familles et les personnes qui sont proches du décès. Ce sont des médecins spécialistes et des personnels aidants. Faire appel à ces professionnels de l’accompagnement des personnes en fin de vie est une option à considérer sérieusement.

Les options d’accompagnement disponibles

Une personne âgée, proche du décès bénéficie de droits particuliers et d’une assistance personnalisée. De nombreux services d aide sont disponibles, dont les principaux sont l’aide à domicile, l’accompagnement à l’hôpital, ou encore le recours à une maison de retraite. La majorité des personnes en fin de vie souhaitent vivre leurs derniers instants à leur domicile, auprès de leur famille. L’avantage de l’accompagnement à domicile est que la famille peut soutenir à temps plein la personne concernée. Cela évite aussi le déplacement ou le dépaysement dans un hôpital ou une maison de retraite. Bien que cet accompagnement se fasse à domicile, un médecin et des aidants sont présents pour effectuer des suivis, ou encore pour servir de soutien psychologique à la famille. Une autre alternative pour une personne âgée en fin de vie est de l’hospitaliser ou le confier à une maison de retraite. C’est notamment valable pour les familles qui ont un emploi du temps très chargé et qui n’ont pas le temps nécessaire à consacrer à la personne concernée. L’accompagnement dans un hôpital ou une maison de retraite est également géré par un médecin avec une équipe spécialisée.

Comment se passe le traitement ?

Les traitements par médicaments ou opérations sont remplacés par les soins qui sont qualifiés comme étant « palliatifs ». Comme son nom l’indique, ces soins n’ont pas pour but de guérir la personne en fin de vie, mais d’atténuer sa douleur. Il existe plusieurs soins qui aident à lutter contre la fatigue, la nausée, la dépression et beaucoup d’autres symptômes. Ces soins se font avec le consentement de la personne concernée si elle est encore capable de parler. Pour les personnes qui souffrent de vives douleurs aiguës et constantes dues à une maladie, le médecin peut avoir recours à un traitement sédatif qui met le patient en état d’inconscience. Ce traitement est communément appelé sédation profonde et continue. En effet, cette sédation peut être continuée jusqu’au décès, si le patient ressent une grande souffrance. La décision de sédation peut être choisie par la personne concernée, par la famille, ou encore par le médecin si la situation l’y oblige.

Confort et santé des personnes âgées : trouver une maison de retraire médicalisée à Lille
Se faire plaisir en été